Journée Diocésaine des Collégiens 2019

L’Institution St Michel de Solesmes a accueilli les 300 jeunes rassemblés autour de cette question : « Il est où le bonheur ? »

Accueillis dans la joie et la louange, les jeunes ont regardé une vidéo compilation d’interviews « micro-trottoir » où des jeunes de leur âge répondaient en une phrase à la question : « Quel est ton moment de bonheur le plus récent ? » Question anodine mais que l’on se pose insuffisamment dans nos vies vécues la tête dans le guidon !

21 témoins, jeunes et moins jeunes, ont fait le déplacement jusque Solesmes pour dire « Quel est le bonheur que j'ai envie de partager de mon engagement, de ma vocation en tant que… ». Ainsi jeunes professionnels, étudiants, couples, consacrés, prêtres, acteurs dans l’Eglise ou dans la société, ont partagé aux collégiens ce qui fait leur bonheur dans les choix de leur vie.

On notera le témoignage de sœur Claire-Marie qui chaque soir note sur des petits papiers colorés au moins trois motifs de joie de la journée et les met dans une bouteille. Et ce n’est pas une bouteille jetée à la mer dans un espoir désespéré car cette heureuse pratique nourrit l’action de grâce et fait grandir la joie et … le bonheur. A pratiquer sans modération.

La chorale des P’tits Bonheurs de par son nom et avec leur nouveau spectacle « A la Bonheur » a été l’invité évident pour un concert en début d’après-midi. Les refrains entrainants, les paroles tirées de la vie ordinaire, les petits sketches simples et évocateurs, la joie des membres de la chorale ont contribué à faire comprendre que le bonheur est un bien précieux et que « Il est peut-être là tout près de toi au bout de tes doigts ou déjà en toi ».

L’Eucharistie a rassemblé tout le monde à l’église Saint-Martin. Dans son homélie, Mgr Dollmann a conclu la journée en commentant les textes de la liturgie du jour qui expriment cette vérité : « Dieu veut le bonheur des hommes, Dieu veut le bonheur de chacun d’entre nous. » Le péché, les persécutions, les difficultés de la vie, rien ne nous sépare de cette volonté de Dieu. Jésus, par sa mort et sa résurrection, nous a acquis la Vie Eternelle où nous vivrons un bonheur sans ombre. En attendant, les sacrements, en particulier le pain et le vin consacrés, nous donnent dès ici-bas une participation à ce bonheur éternel, car Jésus est à nos côtés même s’il y a la tristesse, la mort. En aimant, nous repartons dans la vie ; chaque fois que nous choisissons d’aimer, nous prenons un nouveau départ, nous choisissons le bonheur.

 

Farandole finale

 

Crédit photos : Anthony L.

Retrouvez un autre article ici

Article publié par Service com • Publié le Vendredi 10 mai 2019 • 1498 visites

keyboard_arrow_up