Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Edito de janvier 2009

Revue Faites n°10 "Etre aîné dans la foi, c'est être disciple du Christ"

 

Faites n°10

Etre aîné dans la foi ... c'est être disciple du Christ

Voir le sommaire

 

           Dans la revue Faites du mois de novembre dernier nous avons essayé d’éclairer la notion de frère aîné. " Dans l’Église, l’aîné dans la foi est frère en humanité de celui qui cherche" (Texte national pour l’orientation de la catéchèse en France p 48). "L ‘aîné n’est pas au-dessus des autres, il est traversé par les mêmes questions, les mêmes tentations, les mêmes dynamismes que celui dont il est l’aîné" (Revue Tabga n° 18, 30-32).

 

            Il faut cependant dépasser cette seule fraternité. Celui qui nous fait frères et sœurs, c’est notre Père commun. Ce père que Jésus nous fait connaître et rencontrer. Car c’est par Jésus que nous le connaissons, que nous le rencontrons. Voici qu’il se fait frère et nous fait entrer dans sa fraternité, une fraternité sans limite. Sa vie donnée sur la croix, par amour, fonde notre fraternité. Au-delà d’une fraternité humaine, il s’agit alors de la fraternité des fils et filles de Dieu. Une fraternité reçue qui dépasse (transcende) et renouvelle les simples relations humaines ou humanistes… « Nous sommes le Corps du Christ » chantons-nous souvent… Une fraternité-communion.
 
            L’aîné dans la foi est, avant tout, lui-même fils de Dieu et frère de Jésus Christ. Choisissons un autre mot : ami ("Je vous appelle mes amis" Jn 15,15). Il est ami ou disciple car ceux que Jésus appelle "amis" sont ses disciples. Plus que tout c’est cela qui fait de lui un aîné dans la foi. Il est en route avec le Christ, il sait qu’il accompagne chaque pas. Il a mis en lui sa confiance et sait qu’il se reçoit de lui. Il écoute sa parole et cette parole est le cœur de sa vie. "Ma mère, mes frères sont ceux qui écoutent ma parole et la mettent en pratique." (Mc 3, 31-35). Il traverse les passages de sa vie, le regard tourné "vers celui qu’ils ont transpercé" (Jn 19,37). Il suit, de près…
 
            Ainsi Marie est-elle un de ces aînés dans la foi, qui a su accueillir la visite de Dieu et porter au monde son Fils. Et voici qu’humblement elle se met à sa suite, méditant ses mots, sa présence, ses actions, présente au pied de la croix comme au jour de la Pentecôte…
 
Parmi ces aînés citons par exemple Jean-Sébastien Bach (compositeur allemand, luthérien) dont Mgr Barbarin de Lyon disait : "Ce qui m’intéresse, là, c’est de découvrir un frère dans la foi. Ce que j’entends dans la musique de Bach, c’est la foi d’un frère, celle d’un frère aîné. Les artistes ont leur génie propre qui leur permet d’exprimer leur foi. A partir d’un texte identique de l’Évangile, les pasteurs et les prêtres, de la même manière, vont prêcher chacun différemment. Ce que j’entends précisément dans la prédication, c’est la foi du prédicateur et c’est cela qui m’intéresse." (Mgr Barbarin à l’occasion du 250éme anniversaire de la mort de Jean-Sébastien Bach.)
 
            Aîné dans la foi, nous le sommes et nous sommes invités à le devenir. Nous le serons en nous mettant sans cesse à l’école du Christ.
 
            "Le Texte national pour l’orientation de la catéchèse en France demande à plusieurs reprises aux catéchistes de se mettre à l’école du Christ. Le suivre comme disent nos évangiles ou l’imiter comme dit l’apôtre Paul, nous fait entrer dans la mystérieuse cohérence de la vie du Christ et laisse advenir notre propre cohérence…

Chaque fois que nous rencontrons un catéchumène, un groupe de catéchèse ou que sais-je encore, nous sommes à nouveau dans la situation pédagogique du Christ qui nous invite à adopter son doigté humain et spirituel. C’est un long processus. Seule une lecture continue et à plusieurs de nos Écritures, des évangiles en particulier, peut progressivement façonner en nous la manière d’être du Christ, condition de l’autorité indispensable à notre mission catéchétique. Ces récits nous révèlent non seulement l’extraordinaire cohérence humaine et divine de Jésus mais aussi comment il s’y prend pour mettre sur un chemin ceux et celles qu’il rencontre… "

  (Christophe Theobald—Conférence Ecclésia 2007)

 
            L’aîné dans la foi est avant tout disciple de Jésus et c’est ce qui le façonne à son image et fait de lui un chemin pour les autres. Une grâce à demander !

Abbé Michel Masclet

Responsable du Service Catéchèse

Article publié par Site Catéchèse • Publié Vendredi 13 février 2009 • 3499 visites

Actualités de l'Eglise

Inauguration de la stèle républicaine : Discours de Monseigneur Lebrun, archevêque de Rouen
Monseigneur Dominique Lebrun, archevêque de Rouen a prononcé un discours pour...

Les évêques français et espagnols du Chemin de Compostelle signent une lettre pastorale commune
Monseigneur Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, a accueilli la troisième rencontre...

Commémoration : un an après la mort du Père Hamel
Un an après l'assassinat du Père Jacques Hamel (26 juillet 2016), prêtre de...

Un nouveau site pour la liturgie : liturgie.catholique.fr
Un nouveau site pour la liturgie : liturgie.catholique.fr. Destiné en premier lieu aux acteurs en...

Commentaires du dimanche 30 juillet
30 juillet 2017, 17e dimanche du temps ordinaire, commentaires des lectures bibliques,...

Haut de page