Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Edito septembre 2014

Un beau chemin nous attend !
(Le numéro 32 est sorti)

Faites 2014-2015 Faites 2014-2015  Faites n°32 (voir sommaire)

 

Septembre, l’année scolaire nous attend, elle apporte son lot de questions et de bonnes nouvelles : les nouveaux rythmes scolaires, les nouveaux venus en catéchèse, le nombre croissant d’adultes qui demandent les sacrements.

 

Les nouveaux rythmes scolaires. S’ils peuvent nous inquiéter, ne sont-ils pas  une invitation à sortir de nos habitudes et inventer de nouveaux rythmes pour la catéchèse ? En quelques années nous avons reçu de nouveaux outils catéchétiques : des modules, un itinéraire pour découvrir l’eucharistie avec les enfants. D’autres arrivent cette année : six modules, des propositions  pour les temps liturgiques et bientôt un document ‘ressources’. Les nouveaux rythmes ajoutent à toute cette nouveauté et nous offrent une belle occasion pour ouvrir nos pratiques. (Voir sur ce site Rythmes scolaires et catéchèse)

 

Les chiffres. La grande enquête de  l’année dernière nous montre que les 1320 catéchistes des paroisses du diocèse ont accompagné, en 2013-2014, près de 11 000 enfants et collégiens (6ème-5ème). A ceux-là, s’ajoutent ceux et celles qui sont catéchisés en écoles et collèges catholiques et leurs accompagnateurs ainsi que les quelques 115 accompagnateurs d’adultes que vous nous avez déclarés. Ce n’est pas rien !

 

C’est une bonne nouvelle de début d’année ! Aujourd'hui, dans notre diocèse, des milliers de familles attendent quelque chose de Dieu et s’adressent à ceux qui en parlent le mieux : nos communautés chrétiennes, les baptisés que nous sommes. Leurs intentions et leurs attentes sont parfois mystérieuses mais le fait est là. Ces enfants, ces jeunes, ces adultes viennent frapper à la porte. Et souvent ce sont leurs familles qui sont en quête et cherchent les mots pour le dire…

 

Quelle belle mission que celle de catéchiste ! Voyez la chance inouïe qui nous est offerte dans la rencontre la plus régulière possible avec ces jeunes. Quel vrai bonheur d’annoncer Jésus-Christ à ces cœurs trop vides de Lui peut-être mais prêts à l’accueillir ! Bonheur de voir germer les petites pousses de foi dans leur vie, d’entendre les familles s’interroger, de voir s’éclairer des regards, d’être les heureux témoins de leur conversion. Le Pape François nous rappelle dans La joie de l’Evangile que la joie de croire est revivifiée quand nous témoignons de notre foi, cela engendre de la joie et renforce notre propre foi.

 

Des sillons à creuser. Devant ce constat, et dans un bel exercice d’arrêt sur image, l’équipe diocésaine de la catéchèse, en juin dernier, lors de sa session de fin d’année, a fixé cinq priorités pour les années à venir.

 

. Favoriser la rencontre avec Jésus

C’est le but définitif de toute catéchèse. Le catéchiste est un témoin audacieux, un accompagnateur respectueux ; et la catéchèse, une mise en relation. Jadis il suffisait d’apporter de la connaissance à une foi existante, née et entretenue en famille ; aujourd’hui, il s’agit d’abord de mettre en relation avec le Christ, de créer le contact, de provoquer la rencontre, de conduire au Christ, de témoigner de sa foi. Les pèlerinages, les rassemblements diocésains et extra-diocésains, les partages d’Evangile, les mouvements d’adultes… sont autant de cadeaux pour la foi.

 

. Oser appeler des nouvelles personnes

Nous manquons d’audace dans l’appel, cependant combien de baptisés trouvent du bonheur en répondant à un appel et la chance d’approfondir leur foi ? Osons croire que ces appels viennent de plus loin que nous. Osons faire le pari des jeunes parents et des jeunes pour accompagner des enfants et en particuliers des collégiens.

 

. Amplifier les propositions de formation

11 000 enfants et collégiens à accompagner, ce n’est pas une petite responsabilité. Nous avons déjà beaucoup avancé en formation ces dernières années : journée de rentrée, formation modules, récollection, formations locales selon les demandes… Il nous faut persévérer, nous nourrir de la Parole de Dieu, convertir nos postures et braver nos insécurités, pour enraciner plus profondément encore notre foi. C’est Dieu qui agit dans les cœurs de ceux qui viennent en catéchèse mais il a besoin de bons ouvriers, disponibles à sa Parole, qui ne fassent pas obstacle à son action. C’est un devoir d’amour de se former.

 

. Rejoindre les oubliés

Il est des cités, des villages entiers, des quartiers, où n’existe aucune catéchèse. Treize paroisses accueillent moins de 100 enfants catéchisés (primaire).

Les collégiens, au delà de la 5ème, se voient proposer des temps-forts, des sorties, une journée annuelle : une vraie chance pour eux. Mais nous devons nous interroger sur la catéchèse qui leur est proposée. Comment nourrissent-ils une foi ébranlée par ce temps de l’adolescence qu’ils traversent ? Et tous ceux, innombrables, qui ne viennent plus ? Nous venons de constituer une équipe pour la catéchèse collège dans le but de relever ce défi.

 

. Parents, Familles, Adultes

Il ne s’agit plus aujourd’hui d’accompagner des enfants seuls, ce sont les familles qui ont faim de Dieu ! Nous mettrons l’accent dans les années qui viennent sur les catéchèses pour adultes. Cette année une journée Adultes dans la foi est déjà prévue. Nous renouvellerons l’équipe éveil à la foi, Premiers pas en famille.

 

Un beau chemin nous attend ! Belle rentrée dans la joie de croire.

 

Abbé Michel Masclet

(Responsable du service diocésain de la catéchèse)

 

Article publié par • Publié Jeudi 11 sept 2014 • 946 visites

Haut de page